21 grammes environ

Conseils pour garantir à son âme un poids idéal.

Il est de notoriété publique que le poids d'une âme est de 21 grammes. Les travaux de Duncan McDougall, en démontrant de façon fort rigoureuse que la masse d'un individu en bonne santé spirituelle diminue de ce montant exact au moment du trépas, ont établi le fait de façon incontestable. Un peu trop incontestable, pourrait-on dire. Les expériences de McDougall ont en effet fait si grand bruit que le public, légitimement fasciné par cette prodigieuse découverte, a cru pouvoir faire de cette mesure empirique une loi universelle. Grave erreur ! Les expériences de McDougall, en dépit de leur grande rigueur, ne portaient que sur six patients. Cette masse de 21 grammes, présentée comme une constante (et on sait combien l'imagination humaine est friande de constantes et d'absolus en matière de spiritualité), n'était en fait qu'une moyenne, établie qui plus est à partir d'un très petit nombre de mesures.

D'innombrables autres expériences l'ont démontré : si la plupart des âmes pèsent en effet à peu près 21 grammes, nombre d'entre elles s'écartent, parfois de façon importante, de ce poids idéal. Des âmes de 15 ou 25 grammes ne sont pas rares. On a connu le cas d'un mystique délirant, russe bien évidemment, dont l'autopsie a révélé une âme boursouflée de 54 grammes. Certains athées, capitalistes cyniques ou militants marxistes à qui toute forme de spiritualité restera à jamais étrangère, ont des âmes étiques de 9, parfois 8 grammes.

Il est évident que personne, surtout à l'approche des beaux jours, n'a envie d'offrir à ses contemporains le spectacle d'une âme aussi boursouflée ou maigrichonne, spectacle d'autant plus triste que quelques méthodes simples suffisent à y remédier.

Commencez par faire le point

L'introspection peut nous jouer des tours : on tôt fait de surestimer ou de sous-estimer la taille de son âme. On ne compte plus les mystiques qui, malgré une foi en Dieu qui confinait au fanatisme, sont partis se perdre dans le désert, persuadés que leur âme était encore trop maigre. Quelle tragédie, surtout quand on sait à quel point la vie d'anachorète facilite la perte de poids ! A l'inverse, combien de jeunes femmes pourtant privées de la moindre vie intérieure, profondément stupides, égoïstes et cupides, se lamentent quotidiennement devant leur miroir et trouvent le profil de leur âme trop replet ?

Face aux limites de la subjectivité, une seule solution, recourir à une méthode scientifique : l'indice de masse consciente, ou IMC. Calculer son IMC est simple, on se contente d'appliquer la formule suivante :
pA / tT²
ou pA est le poids de l'âme en milligrammes et tT le tour de tête en centimètres. Par exemple, pour une âme de 21 grammes et un tour de tête de 58 centimètres, on a :
IMC = 21000 / 58² = 21000 / 3364 = 6,2

Une fois le résultat calculé, reportez-vous à la table suivante pour l'interpréter :

IMCSignification
< 3,0Âme en sous-poids sévère
3,0-4,9Âme en sous-poids
5,0-7,9Âme de poids moyen
8,0-9,9Âme en surpoids
10,0-12,0Âme modérément obèse
>12,0Âme en état d'obésité morbide

L'IMC n'a bien sûr qu'une valeur indicative. Il est notoirement peu fiable chez l'enfant en bas âge (dont l'âme n'est pas encore suffisamment individuée), la personne âgée (dont une partie du principe spirituel a déjà fui dans l'autre monde) et l'athlète de haut niveau (pour des raisons évidentes). Pour la plupart des gens, qui n'appartiennent à aucune de ces trois catégories, il se révèle toutefois un bon indicateur.

Sans doute avez-vous un IMC entre 4,5 et 8,5 : vous pouvez être rassuré. Dans le cas contraire, ne vous laissez pas abattre. Vous venez de prendre conscience de votre problème, première étape en vue de sa résolution. Les conseils des paragraphes suivants vous aideront à trouver une meilleur hygiène de vie spirituelle.

Que faire si votre âme est trop maigre ?

Surtout ne commettez pas l'erreur de ces pauvres hères qui, affolés de découvrir l'étisie de leur âme, décident subitement de se gaver de toutes les nourritures spirituelles qui passent à portée. On en a vu ingurgiter en l'espace de quelques semaines toutes sortes d'introductions douteuses aux livres saints rédigés par des cuistres, ou bien se tourner vers ces horribles petits manuels d'inspiration stoïcienne ou spinoziste qui prétendent en à peine cent pages convertir à la vie bonne le plus inepte bourgeois du XXIe siècle.

Gaver votre esprit de junk food lui fera peut-être gagner du poids, mais ce sera du poids flasque, de la mauvaise graisse qui finira à terme par étouffer son fin et subtil mécanisme. Nourrissez votre âme, oui, mais nourrissez-la bien. Privilégiez les nourritures variées et pluridisciplinaires, seule garantie contre le gavage et le dogmatisme. Ceux qui recherchent un bon programme nutritionnel pourront se tourner vers La pesée et la graisse : rentrer dans son maillot avant l'été, Dr. Simone Weil, éditions du Moine dodu.

Que faire si votre âme est trop grosse ?

Ne vous privez pas brutalement. Une âme ne devient pas obèse par hasard mais au fil d'années, souvent de décennies, de mauvaises habitudes : mortifications, volonté pathologique de sainteté... Rompre subitement avec des pratiques aussi bien installées n'est pas anodin. Une âme aussi habituée à côtoyer Dieu, brusquement jetée au beau milieu des hommes, risque de développer des problèmes métaboliques graves. Quand bien même elle se remettrait temporairement, la guérison serait de courte durée. Combien de repentis se sont jetés sur leur chapelet et ont englouti dix hosties au premier signe de stress ! Nourrissez-vous un peu moins mais, surtout, nourrissez-vous mieux. Les conseils présentés au chapitre précédent sont toujours valables : l'important, ici encore, est l'équilibre.

Ne négligez pas non plus les exercices spirituels. Une petite heure, trois fois par semaine, suffira à raffermir votre âme et à lui faire perdre du poids. Essayez de faire travailler tous les grands groupes métaphysiques :
Jambes - 3 séries de 15 génuflexions répétées vous apprendront l'humilité face à Dieu.
Bras - 3 fois 5 minutes en position de croix, que vous passerez à méditer sur les souffrances du Christ.
Dos - Se mettre à quatre pattes avec sur le dos un sac rempli d'une lourde charge (on recommande 30 kilos) vous aidera à prendre conscience du mal.

On conseillera à ceux qui veulent aller plus loin la lecture de l'excellent La Méthode Loyola : 110 exercices de musclation spirituelle sans équipement théologique, de Saint Ignace Lafay, éditions du martyre.